Constructeurs Filière française

Un nouveau trio de drones Reaper pour l’armée de l’Air

Reaper de l'armée de l'Air.

La DGA a annoncé la réception d’un deuxième système de drones MALE et la commande d’un quatrième. Les drones Reaper sont commandés à l’industriel américain General Atomics, en attendant le drone européen MALE RPAS.

La Délégation générale à l’armement (DGA) du ministère français de la Défense a reçu un deuxième système Reaper, comprenant trois drones MALE (moyenne altitude, longue endurance), en décembre dernier. Les deux premiers drones ont été livrés le 31 décembre sur la base aérienne 101 à Niamey au Niger, d’où partent les drones dans le cadre de l’opération Barkhane, et le troisième drone devrait prochainement rejoindre la base aérienne 709 de Cognac, en Charente. Ce dernier sera notamment utilisé pour l’entraînement des personnels de l’escadron 1/33 Belfort qui met en œuvre les drones MALE français. Il devrait également servir à la DGA dans le cadre d’une campagne d’essais afin de valider le transport du système Reaper à bord des avions de transport de l’armée de l’Air, principalement l’A400M, et de tester ses capacités dans l’environnement électromagnétique de la base de Cognac.

Après la commande de drones tactiques Spy’Ranger à Thales, la DGA a également annoncé avoir passé commande le 5 décembre dernier d’un quatrième système de drone MALE auprès de l’industriel américain General Atomics. Sa livraison devrait intervenir en 2019. La LPM (loi de programmation militaire) 2014-2019 prévoit en effet que l’armée de l’Air disposera en 2019 de quatre systèmes complets, comprenant chacun trois drones.

Le Reaper, « Predator » pour son constructeur, est un drone multi-mission de 11 m de long. Selon General Atomics il dispose d’une endurance de 27 h et peut atteindre une altitude maximale de 50 000 pieds (15 000 m). Le premier système livré à l’armée française en 2013 est utilisé de manière intensive dans la bande sahélo-saharienne dans le cadre des opérations menées par les unités françaises qui y sont déployées.

Afin de développer un drone MALE européen, l’étude du MALE RPAS (Système d’aéronef piloté à distance, moyenne altitude longue endurance) a été lancée à l’initiative de trois industriels (Airbus, Dassault et Leonardo-Finmeccanica) en 2013 afin de débloquer la volonté politique. Elle a été suivie par une déclaration d’intention de la part de l’Allemagne, la France et l’Italie en mai 2014. Le 28 septembre 2016, l’Allemagne, l’Espagne, la France et l’Italie ont notifié un contrat aux trois industriels, lançant ainsi officiellement la phase de définition du programme MALE RPAS. Celle-ci se déroulera jusqu’en 2018 et devrait être suivie de la phase de développement.

Le premier vol d’un prototype est annoncé pur début 2023 et la livraison du premier système à l’horizon 2025. Selon Dassault, le MALE RPAS sera « un système aérien sans pilote de nouvelle génération dédié aux missions armées de renseignement, surveillance, ciblage et reconnaissance (Istar). Son intégration au trafic aérien et sa certification en vue d’opérer dans l’espace aérien extrêmement dense de l’Europe font partie des principaux objectifs distinctifs de ce programme. »