International

Le NTSB enquête sur le drone Aquila de Facebook

Vol du drone Aquila de Facebook

Le drone Aquila de Facebook aurait subi un accident lors de son premier vol l’été dernier.

Le Conseil national de la sécurité des transports (NTSB) a dévoilé à la presse américaine le 21 novembre qu’il menait une enquête sur un accident subi par le drone Aquila. C’est lors de son premier vol d’essai le 28 juin dernier que l’avion sans pilote développé par Facebook aurait eu un problème, au moment de son atterrissage. Un accident que le géant américain n’a pas cru bon de signaler dans son communiqué de presse du 21 juillet. Il y évoque seulement le fait que « des défaillances sont prévues et parfois même planifiées ; nous apprenons plus quand nous poussons le drone dans ses retranchements ».

Des vols d’un modèle réduit du drone avaient eu lieu pendant plusieurs mois, mais c’était la première fois qu’une version à échelle 1:1 décollait. Le vol avait même été prolongé de 30 à 96 minutes afin de rassembler des données par rapport aux modèles de simulation, ainsi que sur la structure de l’avion. Selon l’agence de presse Bloomberg, personne n’a été blessé dans l’incident. Le drone aurait subi une « défaillance structurelle » lors de la phase d’atterrissage.

Le NTSB a classé cet évènement en accident, ce qui signifie que les dommages étaient substantiels. L’enquête est en cours et le NTSB n’a encore publié aucune conclusion quant à l’étendue des dommages ou les causes possibles de l’accident. Facebook prévoit de déployer une flottille de drones solaires dérivés de l’Aquila pour fournir des services de connectivité à haut débit sur des zones mal desservies par les solutions terrestres.

C’est un nouveau coup dur pour Facebook dont le directeur général, Mark Zuckerberg, a déclaré qu’il était « profondément déçu » suite à l’accident qui avait causé la perte du satellite Amos 6 le 1er septembre. Le satellite avait en effet fait l’objet d’un accord entre Eutelsat et Facebook afin de fournir des services de connectivité sur l’Afrique.