International

L’AirLander 10 rate son atterrissage

AirLander 10

L’aéronef géant britannique a été endommagé lors du plongeon qu’il a effectué le 24 août.

L’Airlander 10 a raté sa deuxième sortie. Après un premier vol médiatique le 17 août dernier, l’appareil a été abîmé mercredi 24 août lors d’un vol d’essai. L’avant du cockpit a été endommagé mais Hybrid Air Vehicules (HAV), la société qui développe l’appareil, a assuré que l’équipage allait bien. Elle a ensuite précisé que « le vol s’est très bien déroulé et le seul problème est arrivé quand il s’est posé ». Le 17 août, le dirigeable géant Airlander 10 avait effectué son premier vol en public depuis le hangar de Car
dington, dans le sud du Royaume-Uni. Le vol, à une altitude de 150 m environ, a duré 19 minutes. Le deuxième vol à lui duré cinq fois plus longtemps, avec 100 minutes de vol avant son incident à l’atterrissage.

Génèse militaire

Conçu à l’origine pour l’armée américaine en vue de missions de surveillance, c’est la société HAV qui a racheté le projet pour le développer également dans le secteur civil. Long de 92 m, l’appareil, surnommé « flying bum » (le « postérieur volant », en raison de sa forme) par les médias anglais, devrait à terme pouvoir voler à 148 km/h et à une altitude de 4 880 m. Il devrait pouvoir rester en vol pendant 5 jours avec équipage et jusqu’à deux semaines sans. Selon HAV, le « plus gros aéronef du monde » est un appareil qui mélange des technologies issues des ballons dirigeables, mais aussi des hélicoptères et des avions. Une fois opérationnel, il devrait pouvoir effectuer un large éventail de missions, allant de la communication au cargo, en passant par la surveillance, que ce soit dans le domaine civil ou militaire. Ce premier vol public a marqué le lancement du programme d’essais en vol qui doit durer plusieurs mois. Celui-ci sera suivi d’une série de démonstrations avec les clients potentiels.