Drones professionnels R&D Techno

La Suisse a testé l’U-space

Bien que non membre de l’UE, la Suisse s’intéresse de près au ciel européen « U-space ». Pour accélérer les choses, elle en a testé la faisabilité à Genève l’an dernier.

« L’intégration des drones dans l’espace aérien demande actuellement l’élaboration de règles simples et claires ». Pour Florent Béron, chargé chez Skyguide (société en charge des services de la navigation aérienne qui surveille l’espace aérien suisse) de l’intégration des drones dans l’espace aérien, « la Suisse et skyguide ont un rôle à jouer dans la mise en place de ce nouveau cadre ».

La Suisse, tout comme l’Islande et la Norvège, n’a pas le droit de vote au sein de l’Union Européenne mais y est présente et s’intéresse de près au marché des drones professionnels qui pourrait représenter un CA de 10 milliards d’euros d’ici 2035 (selon la Commission Européenne).

« En Suisse, l’exportation est clé. Il nous faut donc de bonnes conditions pour pouvoir exporter. Et cela passe par l’harmonisation européenne », explique Francine Zimmermann, de l’OFAC (Office fédéral de l’aviation civile). Les industriels et autorités suisses souhaitent donc que la réglementation et le ciel européens se mettent en place rapidement. C’est en ce sens qu’un consortium d’industriels en lien avec les autorités a fait une démonstration en septembre 2017 à Genève. Le but était d’apporter « la preuve que les services de contrôle aérien pour les drones sont disponibles avec effet immédiat en Europe. »

Les partenaires à l’origine du projet – skyguide, AirMap, SITAONAIR, senseFly et PX4 – ont voulu démontrer comment


La suite de cet article est réservé aux abonnés.
S’abonnerSe connecter