Filière française R&D Techno

La France avance (enfin) sur la grande élongation

Aile fixe de Survey Copter

Graal pour beaucoup de dronistes et de donneurs d’ordre, la grande élongation, ou le fait de faire voler un drone sur plusieurs centaines de kilomètres, n’a jamais semblé aussi proche.

Surveillance de ligne de chemin de fer, analyse du réseau électrique… l’utilisation de drones sur des grandes distances semblent une solution pour beaucoup d’industriels. Pour la DGAC (direction générale de l’aviation civile), il est aujourd’hui clair que la prochaine grande étape du secteur est de franchir le cap de la « grande élongation ».

« Ça fait un moment que l’on parle de la longue élongation mais là, c’est clairement parti », s’enthousiasme Henry de Plinval, directeur du Programme Drones à l’Onera. Le Conseil des Drones Civils, piloté par la DGAC, a identifié les « OGE » (pour Opérations Grandes Elongations) comme le sujet à traiter, issu d’un besoin commun à tous les grands donneurs d’ordre. C’est en ce sens qu’elle a créé un groupe de travail « OGE » qui doit rendre ces opérations possibles de manière « routinière ». « Aujourd’hui, les opérations de longue élongation ne sont possibles que par dérogation spéciale. Notre but est de sortir une sorte de « guide », pour les fabricants mais aussi les opérateurs, qui leur dise quels critères respecter pour faire voler un drone en OGE », explique Henry de Plinval.


La suite de cet article est réservé aux abonnés.
S’abonnerSe connecter